Code Lyoko Rebirth

Makasetoke ! ^0^
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambres

Aller en bas 
AuteurMessage
Yumi

avatar


MessageSujet: Chambres   Mar 29 Mai - 5:13

Yumi se redressa sur sa chaise pour s'étirer et soulager son dos endoloris de sa position fléchit tenu trop lontemps. C'était une mauvaise habitude qu'elle avait de mal se tenir quand elle était assise, comme beaucoup d'adolescents de son âge, et dont elle n'arrivait pas à se débarasser. Quand elle se laissa tomber en arrière sur le dossier de la chaise, des goutelettes d'eau tombèrent sur le sol, dans un rythme de son frustrant. Yumi était à peine sortie de sa douche qu'elle n'avait même pas prit le temps de se sécher les cheveux avant de s'installer à son bureau : résultat son dos était trempé et elle allait sûrement devoir se changer une nouvelle fois avant d'aller se coucher. Elle s'était dépêché parce qu'elle devait se coucher tôt, mais qu'elle voulait d'abord finir de traduire une chanson. Ces derniers temps, c'était devenu son passe-temps favoris : choisir un groupe de chanteurs ou de chanteuses Japonais et traduir les paroles en français, pour les fans non initiés. Elle était la mieux placé pour le faire, et ça lui faisait plaisir de rendre service à ue communauté tellement marginal et réstreinte. Elle postait donc ces traductions sur des forums ou des Live Journal, mais ce qu'elle préférait était encoder les vidéos des musiques directement, même si timer et sous-titrer était parfois long et frustrant, sûrement avec les logiciels basiques qu'elle possédait. Mais au final le résultat la satisfaisait toujours. C'était très gratifiant d'être remercier si vivement par les membres des communautés sur lesquels elles postait ses traductions, il leur manquait toujours des traducteurs, d'autant qu'elle ne se contentait pas de retraduire les paroles en français, mais aussi en anglais, pour également rendre service aux fans anglophones, même s'ils avaient nettement moins besoin d'elle.

Elle était arrivé au dernier couplet de la musique quand le bruit de sa porte de chambre s'ouvrant la fit se retourner, même si elle n'avait absolument pas besoin de confirmation pour savoir de qui il s'agissait, puisque ces parents avait assez de politesse pour frapper. Comme espéré, quand elle se retourna c'était pour se retrouver face à son abominable petit-frère, Hiroki. Ce dernier ne prit même pas la peine de la saluer en aucunes sortes avant de s'avancer et se pencher sur son ordinateur pour voir ce qu'elle faisait.

- Toujours ça ? Pourquoi tu t'occupes à faire des choses inutiles, dire que les parents pensent que tu étudie pour ton controle de demain.

AU vu de cette réflexion, il ne faisait aucun doute qu'il allait téléphoner aux parents en question pour tout leur répéter. Ils étaient partit dans le centre de la France visiter un vieil ami à l'hôpital, et à cause de la longueur du trajet, ils avaient décidés de rester passer la nuit sur place, laissant Yumi seule à la maison pour surveiller Hiroki. Et elle avait promis qu'elle allait réviser, c'était la seule chose qu'elle avait pu dire pour qu'ils soient rassurés et partent l'esprit tranquille.
Yumi soupira de frustration et se leva, se qui fit reculer Hiroki de quelques pas pour la laisser passer, avant de se diriger vers la porte et de se tourner vers son frère pour lui signifié ostensiblement ce qu'elle attendait de lui.

- Si tu le prends comme ça... Je venais juste papoter.

Yumi claqua la porte derrière lui. Elle connaissait bien son frère, et savait qu'il était impossible qu'il vienne comme ça dans sa chambre si tard juste " pour papoter ". Ça ne faisait aucun doute qu'il avait une idée derrière la tête pour l'énerver, mais son intervention lui avait rappeller qu'en effet, elle avait une interro le lendemain. Qu'elle n'avait évidemment pas réviser, par manque de temps. Elle ferma alors son ordinateur en remettant sa traduction au lendemain, et ne prit pas la peine d'aller se changer avant d'éteindre la lumière, et de se glisser dans son lit. Elle avait souvent du mal à dormir quand elle se couchait tôt, et les bruits du jeux vidéos d'Hiroki, audible depuis l'autre côté du couloir, n'allait l'aider en rien pour trouver le sommeil....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mar 29 Mai - 12:29

William parcouru le long couloir sombre en prenant toutes ses précautions pour ne rien percuter qui traînerait au sol, et s'arrêta quand il s'aperçu qu'Hiroki se tenait maintenant immobile devant une porte, qui devait sûrement être celle de la chambre de Yumi. William n'attendit pas et passa devant lui pour aggriper la poignet de la porte, et la tourna doucement. Seulement quand il tenta de la pousser, la porte ne s'ouvrit pas. Il aurait dû s'en douter, elle avait vérouiller sa porte. Ce qui n'était d'ailleurs pas prudent, si un feu se déclencher dans la maison ses parents ne pourraient pas venir la sauver, un moins de défoncer la porte, mais du peu qu'il avait vu d'eux, il doutait fort qu'ils en soient capables. Bloqué, William se retourna alors pour demander à Hiroki de l'ouvrir pour lui. Ulrich devait se trouver pile dans une zone particulièrement sombre, ou alors il se tenait trop près derrière lui et sa petite taille avait fait que William n'avait rien vu en face à sa hauteur, car il le percuta soudainement. L'impact ne lui fit rien, juste un petit chatouillement sur la poitrine, mais il douta de l'effet sur Ulrich qui avait dû se le prendre en plein visage. En voyant qu'Hiroki se tenait juste à côté de lui, William ne se sentit pas du tout rassuré : se trouver dans une maison sombre avec deux gosses n'avait rien d'enviable, il eu soudain l'impression d'être une poule, avec ses poussins collés au cul.
Il soupira alors avant de s'écarter pour laisser de l'espace de manœuvre à Hiroki.

- Tu sais dévérouiller les portes, non ? C'est le moment de te servir de cette habilité.

Hiroki ne discuta pas et se baissa. Dans l'obscurité, il était impossible pour William de voir ce qu'il faisait mais en moins de 20 secondes, un déclic leur signifia que c'était déjà fini. Hiroki s'écarta et chuchota quelque chose que William ne comprit pas, et qui devait être un avertissement, avant de se placer devant la porte de sa propre chambre et de les regarder. William décida de l'ignorer et poussa la porte. Un léger grincement inévitable résonna, alors il se dépêcha d'entrer pour vérifier s'il avait réveiller Yumi. A sa surprise, il ne la vit pas tout de suite : elle ne dormait pas dans un lit comme n'importe quel adolescent, mais dans un futon... Par terre, comme un chien dans son panier. William s'écarta de la porte pour laisser entrer Ulrich et tenta de discerner quelque chose dans le noir. Même en faisant des efforts, avec si peu de source de lumière, c'était impossible. Alors il se dirigea vers ce qu'il pensait être la fenêtre, et tira sur les rideaux. Immédiatement la lumière de la lune projeta un halo bleu dans la pièce, ce qui permit à William d'avoir une vision plus claire. Des éclats brillants attirèrent son attention, et son regard tomba sur ce qui semblait être un mur recouvert de poster. De là où il était, il ne pouvait pas voir exactement de quoi il s'agissait, alors il s'avança et resta de marbre devant ce qu'il vit. Des photos de chanteurs, apparemment, mais des chanteurs sûrement Japonais, car il ne reconnu pas du tout. L'un d'eux en particulier attira son attention : il était assez maigre et avait des traits saillants. William se pencha alors pour lire son nom. Kamenashi Kazuya.

- Mdr, Kazuya, c'est le nom d'un combattant de Tekken.

Dans sa concentration, William avait parlé plus fort qu'il ne l'avait voulu. Il se tourna alors brusquement pour voir Yumi bouger un peu dans son lit, en poussant des gémissements qui lui rappelait son fainéant de chat. Rassuré qu'elle ait le sommeil lourd, il reporta son attention sur le Jap'et prit soin de retenir son nom, pour faire des recherches sur lui et pouvoir se moquer gentillement plus tard. Dans le mouvement, il repéra également le type qui se tenait à côté de lui. Ueda. Sa tête, contrairement à l'autre, ne lui revenait pas du tout... Il se rappela qu'en arrivant, Ulrich mâchait un chewing-gum et il résista à l'envie de lui demander de lui donner pour pouvoir le coller sur la sale tête du Jap.
Cependant il posa simplement son sac sur le bureau et sorti le masque de loup, qu'il jeta dans la direction d'Ulrich en espérant qu'il ait assez de réflexes pour le rattraper. Il entreprit ensuite de repérer tout ce qui n'était pas fragiles, comme les cahiers de cours, les vêtements ou les peluches, avant de commencer à tout jeter à travers la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich Stern

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mar 29 Mai - 13:26

A présent qu'ils se trouvaient tous les deux dans la chambre, Ulrich se sentait beaucoup mieux qu'avant. Au pire, Yumi se réveillerait avant qu'ils n'aient pu faire quoi que ce soit et les prendrait pour des stalkers extrêmement pervers pour venir la mater à deux comme des voyeurs. Avant, il pouvait se passer bien pire. La seule chose qui gênait peut-être encore Ulrich s'était la chaleur. Ou plutôt l'odeur de renfermé. Il arqua un sourcil en devinant que comme beaucoup de japonaise, Yumi avait peut-être un léger penchant d'hikikomori, et c'était compréhensible, pour les japonais vivant au pays de préférer s'enfermer plutôt que d'affronter leur société particulièrement superficielle et sévère, dans laquelle une fille comme Yumi n'aurait d'ailleurs pas une place privilégiée vu son physique longiligne. Contrairement a elle, lui aérait sa chambre et se trouver soudainement dans une pièce à l'air aussi lourd lui donna l'impression d'étouffer et il suivit William jusque devant la fenêtre et l'ouvrit après que l'autre se soit contenté de simplement écarter les rideaux. Une brise agréable pénétra et Ulrich, se tourna pour regarder ce que faisait son complice maintenant qu'il y avait de la lumière et qu'il ne risquait plus de se faire pousser comme au moment où ils étaient encore devant la porte et que le ténébreux n'étant pas habitué à l'obscurité, n'avait pas vu où il mettait les pieds.

Il le vit devant un poster et ne pu que constater du même coup que le mur en face de lui en était remplie. Ulrich aurait pu pensé que la japonaise était du genre passionnée et qu'elle aimait personnaliser sa chambre, mais en s'approchant il remarqua que tous les posters représentaient des jeunes idoles de toute origine asiatique et trouva la chose inquiétante. Il n'aurait jamais imaginé qu'elle était obsédée une fois qu'elle avait mis le grappin sur un groupe, mais maintenant qu'il était dans sa chambre, il ne pouvait plus en douter. Il lui fallu une minute de plus pour remettre le doigt sur le mot japonais qui définit les gens adoptant ce comportement : des wotas, les geeks de people asiat'. Il fronça les sourcils en commençant à juger les physiques des japonais qu'il avait maintenant en face de lui pour essayer de comprendre ce qu'elle pouvait leur trouver. La plupart étaient irréprochables, mais un petit nombre d'entre eux étaient assez et même très moches. Comment elle pouvait être fan de laiderons qu'elle ne verrait sans doute jamais de sa vie était un mystère. L'un en particulier avait vraiment une sale tronche, a tel point qu'Ulrich exauça la prière muette qu'il avait vu William faire quelques instants plus tôt et sortit son chewing-gum pour le coller dans l'espace béant que laissait la bouche géante du dit gars affreux et l'étala de sorte qu'il recouvre toute la tête.

Satisfait de lui-même, Ulrich se détourna enfin du mur des horreurs et remarqua pour la première fois Yumi, endormie presqu'à ses pieds tellement elle se trouvait bas. Il retint un sourire en se souvenant que c'était une tradition chez ses ancêtres de dormir dans des futons, donc au sol. Au lieu de s'attarder sur ce détail qui pourtant pourrait l'inspirer, il retourna à la porte de la chambre et passa sa tête dans la couloir pour chercher Hiroki des yeux, difficile à repérer du fait qu'il restait, pour une raison inconnue, en dehors de l'histoire et donc le plus loin possible d'eux, dans la pénombre. Il manquait quelque-chose et il ne manqua pas de le faire remarquer au jeune japonais qui de toute façon était un peu agaçant à rester là à les regarder comme s'il avait l'intention de les balancer plus tard.

- Tu nous proposes pas à boire ?

Peut-être à cause de son jeune âge, le cadet de Yumi devait être sur les nerfs, inquiet de se faire gronder par ses parents pour avoir fait entrer des non-Ishiyama dans la maison pendant leur absence s'ils venaient à le découvrir, car à peine l'allemand eut-il donné son ordre, qu'il se dépêcha dans les escaliers, sans doute sans réfléchir à le demande à laquelle il était en train d'obéir. Débarrassé d'un poids, Ulrich retourna dans la chambre et se dirigea vers la coiffeuse de la japonaise tout en sortant de son sac un pot de miel. Il sortit des tiroirs autant de brosses qu'il pu trouver, et bizarrement il y en avait des tonnes, de toutes les tailles et de toutes les couleurs, avant de verser le contenu de son pot sur les poils des objets, obligeant Yumi à se présenter en cours coiffée comme un cactus. Quand il en eut terminé il rangea bien sûr tout pour que Yumi ne s'en aperçoive qu'au dernier moment. En se redressant il pensa à inspecter ce que faisait Will et le vit déranger la chambre en lançant tout à travers de la pièce alors qu'il avait une fenêtre ouverte a disposition. Ulrich alla donc ramasser les vêtements, ce qui lui prit du temps puisqu'ils étaient éparpillés partout, et les balança par la fenêtre en se promettant de ne pas oublier de filmer avec son portable le moment où Yumi sortira en pyjama en pleine pour tout rechercher. Une fois qu'il eut fini, il retourna au chevet de la jap' et s'assit à ses côtés en sortant un caméscope qu'il alluma en espérant que le son de la fichue chose ne soit pas trop fort. Puis il tourna l'objectif en direction du visage de l'endormie. Une telle occasion, il ne pouvait que l'immortaliser pour rappeler tous les jours pendant des mois à la victime a quelle point elle avait eut l'air idiote avec son visage tordue par la terreur.

- Quand tu veux, William.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mar 29 Mai - 14:12

Ça faisait bien quelques minutes que William se tuait à mettre le bordel dans la chambre de la Japonaise, alors après avoir balancé un dernier livre de cours, il se retourna dans le but d'admirer son oeuvre. Mais juste au moment où il exécuta son geste, il vit Ulrcih passer devant lui et jeter par la fenêtre des fringues qu'il avait lui-même balancé juste avant. William lui jeta un regard mauvais et se détourna pour s’asseoir devant le bureau et fouiller dans les tiroirs. Curieusement, il y trouva du maquillage, alors que Yumi n'était jamais maquillé. Peut-être qu'elle ne se maquillait pas pour aller en cours mais se transformait en vraie star quand elle était seule chez elle. Au vu de la manière dont elle était coiffés en ce moment pour dormir, pourtant, il aurait plutôt pensé qu'elle était du genre a arborer un look d'otaku loin du regard des autres. Dans le doute, William sortit tout de même toute les boites à maquillage, et les renversa sur le sol. Il fut surpris de voir qu'il y'avait au moins une dizaine de crayons noirs et de mascara, qui étaient pourtant presque identiques les uns des autres. Il avait eu pour intention de saboter le makeup, mais quand son regard tomba sur la photo du Japonais qu'il avait remarqué avant, et qu'un étalage collant lui couvrait le visage, il eu une autre idée. Il saisit alors l'un des crayons noirs et se plaça devant le poster en question avant d'appliquer le noir autour des yeux du dénommé Kazuya, en s'appliquant autant qu'il pouvait. Il n'était pas un pro du maquillage, alors il se contenta de lui rajouter du far à paupière et du rouge-à-lèvre foncé.

Quand il s'écarta pour avoir une vue d'ensemble, c'était un désastre. Les couleurs n'allait pas ensemble, et le maquillage était trop lourd. Pour ajouter un effet Drag Queen, William ajouta encore plus de rouge à lèvre en prenant garde à bien dépasser sur les bords. Il jeta ensuite le matériel utilisé à la poubelle et retourna s’asseoir devant les trousses de maquillages en se demandant comment diable il était sensé faire pour saboter ce genre de choses... Il renonça et, quitte à être centré sur le bureau, continua à chercher jusqu'à tomber sur un petit cahier qui, il ne faisait aucun doute là dessus, était le journal intime de Yumi. William n'osa tout de même pas lire ce qui y était écrit, de peur d'y voir des choses qu'il aurait préféré ne pas savoir, et saisit un des crayons pour y écrire sur la première page, en grosses lettres « C koi ÇA ? », qui laisserait penser qu'il a lu le cahier.

Quand il se releva, il dû chercher des yeux Ulrich avant de constater qu'il était près du futon de Yumi et filmer. Voyant qu'il était occupé, William s’essaya alors sur la chaise du bureau et ouvrit l'ordinateur portable. Il tenta d'entrer dans la session de Yumi, mais elle était protégé par un mot de passe.... Evidemment une adolescente encombré d'un petit-frère ne pouvait pas faire preuve d'autant de naïveté en ne protégeant pas son ordinateur personnel. William réfléchit un peu et leva les yeux sur les posters en face de lui. Il essaya d'entrer quelques noms qu'il y vit, mais aucuns ne fonctionnait. Il finit même par essayer le password " Ulrich ", mais à sa surprise, ce n'était toujours pas ça. Agacé de voir qu'il connaissait Yumi beaucoup moins bien qu'il le pensait, il se releva sans prendre la peine de fermer l'ordinateur et vit Ulrich, toujours dans la même position.

Quand tu veux William.

William ramassa le masque de loup qu'il avait jeté à Ulrich - qui ne l'avait visiblement pas vu - et le mit sur son visage avant de se laisser tomber sur Yumi en position assise. Il ne faisait aucun doute que son poids allait la réveiller mais il ne lui laissa pas le temps d'émerger avant de lui coller une gifle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumi

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mar 29 Mai - 14:43

Depuis au moins 5 minutes, Yumi entendait des sons provenir d'un peut partout dans sa chambre, des sons qu'elle ne reconnaissait pas et n'était pas sensé se produire au beau milieu de la nuit, mais elle dormait trop profondément, de sorte qu'à chaque fois qu'elle en entendait un dans son brouillard, elle se rendormait instantanément et oubliait tout. Mais bientôt elle commença a sentir des mouvements près d'elle, et se souvint des bruits. Alors elle ouvrit doucement les yeux et eu juste le temps d'entre-apercevoir une silhouette au dessus d'elle avant de sentir un impact brutal sur son visage, qui la fit tourner la tête. Par réflexe elle se redressa brusquement en poussant un hoquet de surprise. Hébétée, elle pu enfin voir qui se tenait devant elle : un mec avec un masque de loup. Sans pouvoir réfléchir d'avantage, Yumi tourna la tête vers son côté quand elle vi la lumière d'un portable, et son regard tomba sur... Ulrich.

Yumi le regarda fixement sans bouger pendant quelques secondes, pour donner à son cerveau le temps ds'assembler les pièces du puzzle. Quand finalement elle comprit, elle donna un coup violent dans le portable d'Ulrich qui vola à travers la pièce.

- Non mais ça va pas, espèce de détraqués ! Ô o

Yumi se détourna d'Ulrich pour arracher le masque du visage du second détraqué, et constata avec surprise qu'il s'agissait de William. Non seulement le fait qu'ils soient ensembles ne lui avait même pas semblé concevable, mais en plus elle voyait mal Ulrich lui faire un coup pareil sans avoir été influencé au préalable par quelqu'un d'idiot, comme Odd par exemple. Enervé d'avoir été réveillé au beau milieu de la nuit, et par le fait qu'en plus ce soit Ulrich, Yumi se leva en poussant un soupir de colère, avant que son regard ne soit attiré par du mouvement près de la porte de la chambre. Quand elle dirigea son regard dans cette direction, elle fut encore plus surprise de voir qu'Hiroki se tenait à l'encadrure de la porte, avec un air encore plus stupéfait qu'elle, et des morceaux de verres jonchait le sol à ses pieds. Yumi comprit qu'il était dans le coup et ramassa le masque précédemment jetée pour l'envoyer de toute ses forces dans la direction d'Hiroki.

- Dégage le morveu y'a rien à voir !

Hiroki disparu tout de suite et Yumi reporta son attention sur le petit brun. En accomplissant ce geste, elle remarqua le bordel dans lequel était assit Ulrich, et le bordel dans lequel était sa chambre. Tandis qu'elle parcourait la pièce des yeux, son regard tomba finalement sur son mur remplit de poster, et son coeur manqua de cesser de battre quand elle vit ses photos des Kat-Tun, complètement saccagé ! Kame était maquillé comme une tafiole et elle ne pouvait même plus reconnaître qui était le membre à côté de lui à cause d'un chewing-gum vulgairement collé sur sa tête. Yumi se posta alors devant Ulrich pour saisir un pan de sa veste et le soulever comme elle pu pour le mettre sur ces pieds. Sans lâcher ses vêtements, elle se retenu de lui donner un coup de pied au cul pour l'envoyer voler par la fenêtre.

- Je peux savoir ce qui vous a prit au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich Stern

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mar 29 Mai - 15:19

En quelques secondes, le temps qu'avait mit Yumi à le dévisager alors qu'elle était encore redressée avec William sur les genoux, Ulrich regretta amèrement d'avoir été assez tête-en-l'air pour oublier bêtement de mettre son masque. D'habitude pourtant, il n'était pas bête, les seules choses qui pouvaient témoigner d'un léger retard mental étaient les notes de son dossier scolaire, mais encore, si elles étaient si basses c'était parce qu'il avait trop la tête dans les nuages pour se concentrer et travailler. Et puis il devait sauver le monde, il n'avait pas le temps de faire des stupides devoirs. Mais bien sûr, ce moment aurait été trop beau, il se devait d'être gâché par un détail parfaitement insignifiant. Et lorsqu'il tourna les yeux, il s’aperçut que William lui avait carrément balancé son masque pour qu'il le mette, mais trop occupé, il ne l'avait pas vu. Il aurait tout donné pour que le beau gosse insiste et lui écrase le masque de loup sur la tête avant de gifler Yumi, et surtout pour voir cette dernière se mettre à hurler et essayer de s'échapper en pensant que des tueurs étaient entré. Mais il avait fallu que cette dernière le repère et comprenne donc qu'elle ne courait aucun danger. Quel dommage. William avait si bien bossé.

L'instant qui devait être inoubliable et qu'auraient du passé Ulrich et Will a courir après la pauvre japonaise pour la calmer et lui dire que ce n'était qu'eux, était bien loin alors que la dite pauvre japonaise venait d'agripper la veste d'Ulrich et le tirait debout pour se mettre à lui crier dessus en exigent des explications. L'allemand de justesse se retint de rire alors que Yumi le regardait en le fusillant du regard, ses mèches de devant coiffées en couette grossière alors qu'elle affichait un air menaçant tout à fait décrédibilisé. C'était tordant de la voir faire tout son possible alors que c'était perdu d'avance avec ses cheveux en l'air. Pour éviter de se vendre, Ulrich se força à trouver une réponse avant de se faire saigner les joues en les mordant.

- Je bla~gue.

Honnêtement, il se serait attendu à une réaction plus violente de la part de son amie, elle qui pratiquait les arts martiaux, mais apparemment l'entrainement et la réalité était une chose très différente, puisqu'elle n'avait rien fait juste après la claque et que même maintenant, son geste le plus brutal avait été de le tenir par le col de sa veste. Peut-être était-ce le fait que c'était une fille et que sa nature était parfaitement non violente. Pas vraiment intimidé, Ulrich prit délicatement le poignée de l'asiatique à cran et l'écarta de ses vêtements pour se libérer de sa poigne et pu ainsi se dirigé, après un instant à le chercher des yeux, vers son portable qui avait volé contre un mur était mollement retombé sur le bureau de la propriétaire de la chambre. En passant le prendre il ne pu s'empêcher de ricaner lorsque son regard tomba sur les posters et particulièrement le japonais du milieu qu'il n'avait pas vu avant, était maquillé comme un travestit. Il savait bien que Yumi ne pouvait à présent plus l'avoir raté et par compassion, il espéra qu'elle ne tenait pas trop à ses images.

Il se retourna rapidement, avant que Yumi ne s'énerve d'avantage et ne vienne le stopper, et alla s'adosser contre la fenêtre par laquelle il jeta un coup d’œil et vit ironiquement un soutient-gorge se faire rouler dessus sur la route et s'envoler comme un sachet plastique avant de retomber parmi les siens sur la chaussé. Ensuite il regarda Yumi, prêt à dire quelque-chose, mais alors il se rendit compte que c'était la première fois de la soirée qu'il l'a voyait sans ses couvertures et il pu constater à quel point elle était légèrement vêtue. Simplement en t-shirt blanc et en culotte rose. Avec en plus ses cheveux courts et sa couette, elle avait vraiment l'air...

- Charmante ta tenue, Yumi.

Ignorant les réponses que sans doute elle attendait, se disant qu'en voyant son manque de coopération, elle se tournerait vers William se qui serait légitime puisque théoriquement, elle n'avait aucune raison de s'en prendre premièrement et uniquement à lui, il se demandait d'ailleurs pourquoi elle avait fait preuve de tellement d'injustice, il se contenta donc de baisser la tête vers son portable qu'il avait récupéré et l'alluma afin de vérifier que rien n'avait été endommagé et qu'il pouvait sauver la vidéo. Car si Yumi n'avait pas, comme attendu d'elle, paniquée et commencé à hurler en se sauvant, elle avait passé un court mais hilarant moment à fixer Ulrich, en plein dans la direction de l’objectif, alors qu'elle était encore dans le gaz avec des yeux montrant qu'elle était en train de réfléchir à toute vitesse à ce qui était en train de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mer 30 Mai - 4:00

William avait eu une pensé de compassion pour Hiroki quand Yumi lui avait cruellement jeté le masque dans la figure. Le pauvre garçon ne devait même pas se trouver là, il été venu sagement ramener la tasse de thé Chinois qu'Ulrich lui avait demandé, mais l'avait tristement lâché des mains en voyant William frapper sa soeur. Heureusement qu'il ne lui avait pas donné les détails de la blague qu'il avait prévu de lui faire sinon peut-être qu'il aurait pu ne pas leur ouvrir la porte, au vu de la réaction qu'il a eu face au spectacle. Hélas ce dit spectacle avait été plus ou moins râté à cause d'Ulrich, mais de toute façon il ne c'était pas attendu à ce que Yumi les prenne vraiment pour des tueurs ou des cambrioleurs, pas avec un complice d'1m56. Heureusement Ulrich c'était rattrapé en ayant eu la bonne idée de filmer la scène : par chance, Yumi c'était en plus tourné vers lui au moment de sa longue réflexion.

Un état d’hébètement qui n'avait pas durée, et contre toute logique elle l'avait totalement ignorée pour ne s'en prendre qu'à Ulrich. Ça il s'y était un peu attendu, puisque Yumi avait un faible pour l'Allemand, c'était logique qu'elle s'en prenne directement à lui. Ce n'est pas logique mais on est toujours plus méchant avec ceux qu'on aime.
Ce dont il ne c'était pas attendu par contre, c'était le calme d'Ulrich. Il pensait savoir qu'il ne supportait pas de se disputer avec la Japonaise, mais il se baladait tranquillement à travers la pièce, sans se soucier le moins du monde d'elle. Et ce qui était encore plus drôle était la façon dont Yumi le regardait sans rien dire se promener comme ça. William se rendit compte alors que depuis la claque, il n'avait pas bougé, et qu'il était resté assit à suivre Ulrich des yeux. Pendant un instant il se demanda de quoi ils devaient avoir l'air, Yumi et lui, à rester immobiles à le regarder faire ses trucs.

Quand il le vit porter toute son attention à son gadget, il profita que Yumi ne s'intéressait pas à lui pour se lever et s'arrêter aux étagères, sur lesquels il pouvait voir des dizaines de tomes de manga. Comme il ne s'y connaissait pas beaucoup dans ce genre de BD, il prit le premier qui lui passa sous la main. Yamato Nadeshiko. D'après le nom et la première de couverture, il ne pouvait s'agir que d'un bête shoujo, avec une histoire pas original du tout. Malgré tout William s'en contenta et retourna à sa place initiale.

- Bon ben moi je suis crevée les filles, je vais me coucher.

Sur ce William se laissa tomber sur le futon - plus bas qu'il ne l'avait pensé - et s'installa confortablement sur l'oreiller dans le but de commencer sa lecture, mais quelque chose d’inattendue le mettait mal-à-l'aise. Il se souleva alors le temps de prendre ce qu'il y'a avait sous l'oreiller et fut surpris de constater qu'il s'agissait d'un autre cahier qui ressemblait à un journal intime, mais quand il regarda à l'intérieur, les pages n'était constitué que de photos d'idoles Asiatique. Il y'avait un groupe, les DBSK, qui rappelait vaguement à William une colonie de peluches, alors il vérifia que Yumi ne le regardait pas avant de glisser le cahier dans son sac. Puis il rouvrit le manga, en espérant que la dispute qui viendrait sûrement entre Ulrcih et Yumi le distrairait, et il avait hâte d'entendre les explication que l'Allemand donnerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich Stern

avatar


MessageSujet: Re: Chambres   Mer 30 Mai - 5:22

Un sourire gagna les lèvres d'Ulrich alors qu'il regardait William s'installer dans le futon de Yumi comme s'il s'agissait de son propre lit. Pendant un moment son camarade n'avait pas bougé et Ulrich avait pensé qu'il avait la trouille, car il semblait très tendu au moment où ils entraient dans la maison. Mais force était de croire que son mal-aise avait disparut car il était tranquillement aller se chercher un manga sur une étagère alors que l'allemand comptait sur lui pour faire face à Yumi et sans doute à sa mauvaise humeur, causée par son réveil forcé et peu agréable. En jetant un regard au livre que tenait William, Ulrich arqua en sourcils en voyant qu'il s'agissait d'un shoujo et que ce type de lecture n'était pas du tout destiné aux hommes, vu les histoires à l'eau de roses ou les relations souvent ambiguë entre les hommes qu'il y avait dedans et qui aller sûrement dégoûter un hétéro comme le ténébreux. De plus il lisait dans le noir, ce qui était très mauvais pour ses yeux, peut-être même qu'il ne voyait pas du tout les lignes - écrites en japonais peut-être ? - et qu'il faisait seulement semblant d'être occupé pour avoir la paix. C'était une belle initiative de sa part car Ulrich lui n'était pas tout à fait en sécurité avec son portable ouvert sur une preuve que la japonaise voudrait certainement faire disparaître. Afin d'au moins éviter qu'elle ne s'énerve d'avantage en ne recevant pas la moindre réponse, Ulrich décida de lui en donner un semblant pour assurer la survie de son téléphone.

- C'est parce qu'il y a un article sur William et moi dans le journal de Kadic. Il paraît que c'est toi qui as bavé à Milly et Tania.

En fait il n'y avait rien de plus à expliquer. Le matin Ulrich avait eu la très mauvaise surprise de tomber sur un article suspect dans le journal, tenu principalement par les deux élèves de sixième qui d'ailleurs n'écrivaient rien d'intéressant depuis des lustres. Lassées d'être vu comme des journalistes à deux euros, elles avaient sûrement décidé de donner au public un sujet scandaleux, qu'il soit vrai ou non. A leur âge tomber dans le vice du métier était assez étonnant et très précoce. La conséquence fut qu'elles avaient écrit de grosses horreurs sur Ulrich et William qui s'était empressé d'aller trouver ce dernier dans le foyer où il regardait paisiblement la télévision, inconscient des regards qui le jaugeaient, et lui avait rapporté la nouvelle. Les deux filles, idiotes car petites, avaient cité Yumi Ishiyama dans leur article, pour lui donner des allures de vérité. Il n'avait pas fallu longtemps avant qu'une idée de vengeance germe dans la tête brune de la victime de la presse. Avant cet épisode, il ne se serait certainement pas vu travailler sur un pieds d'égalité avec le beau gosse qu'il ne pouvait s'empêcher de voir comme un rival, et même comme un ennemi, mais ils étaient dans le même bateau. La même impasse qu'ils devaient régler ensemble. Maintenant que c'était fait, il n'y avait plus qu'à attendre un mois ou deux avant que le contenu de l'article ne sorte des cerveaux de tous. Dans un moment tout serait oublié, à moins que l'asiatique n'ait envie de se venger elle aussi. Ce serait vraiment dommage de gâcher une occasion d'enterrer l'affaire, plutôt gênante.

- Sans rancune, hein ?

Ulrich referma son portable et le rangea dans la poche de son jean, où personne ne pourrait aller le chercher. Il ne savait pas encore ce qu'il allait faire avec la vidéo, est-ce qu'il allait simplement la garder pour lui et la regarder à chaque fois qu'il avait besoin de rire ou à chaque fois que Yumi l'énervait, ou s'il allait prendre des captures d'écran et les glisser sous la porte de Milly et Tania avec un papier narrant une histoire à dormir debout pour aller avec les images. Ça dépendait sûrement de la réaction qu'aller maintenant avoir Yumi. Appuyé contre la fenêtre, Ulrich jeta un nouvel coup d’œil sur la rue et vit que les vêtements qui y trainaient finissaient de plus en plus loin à cause du vent et des voitures et qu'une jupe avait déjà terminé son voyage en haut d'un réverbère.

- Tu devrais te dépêcher d'aller les récupérer avant de les perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Lyoko Rebirth :: France :: Résidences :: Ishiyama-
Sauter vers: