Code Lyoko Rebirth

Makasetoke ! ^0^
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Portail

Aller en bas 
AuteurMessage
William

avatar


MessageSujet: Portail   Mar 29 Mai - 9:18

La seule crainte qu'avait eu William avant d'arriver devant la résidence des Ishiyama, était qu'ils aient un chien. C'était le genre d'obstacle qui pouvait foutre en l'air une bonne vieille blague comme il s'apprêtait à faire avec Ulrich : la simple présence d'un animal domestique réveillerait non seulement Yumi et l'alerterait, mais aussi tout le voisinage, si l'animal en question était du genre surexité. Heureusement pour lui, quand il était enfin arrivé, le quartier semblait très calme. Il n'y avait pas de zooner qui trainait pour fumer ou quoique ce soit d'autre, ni de guetteurs, ni de voyeurs. C'était seulement avoir passé toute la route à s'inquiéter à propos du chien que William c'était rappelé à quel point cette famille détestait les animaux domestiques.

Il fit bouger un peu son épaule endolorit avant de se décider à poser le sac qu'elle soutenait au sol. Pour cet événement, il n'avait pas oublié d'amener des masques avec lui. Il avait pensé que ce serait plus drôles pour eux et encore plus effrayant pour Yumi s'ils étaient masqués. Alors il avait passé sa soirée de libre à vagabondé dans les rues du centre-ville pour trouver un magasin qui en vendait. Il avait finit par tomber sur une petite boutique qui s'occupait principalement des costumes, d'Halloween, ou de tout autre événement. Comme c'était la seule chose proche de cce qu'il cherchait, il c'en était contenté et avait finit par acheter des masques de loups, parmis tout les acessoires fantaisistes qu'il avait pu trouver, dont certains ressemblait beaucoup à du cosplay.

William regarda vaguement autour de lui pour vérifier si Ulrich n'arrivait pas. Il avait été chargé de s'occuper du moyen qu'ils emploieraient pour entrer dans la maison. Une entrée par effraction d'ailleurs, mais étrangement ça sonnait beaucoup moins comme un crime quand il pensait au fait qu'il n'y avait aucun adultes dans la maison. De plus, il en avait parlé à Hiroki, le petit frère de Yumi. Il le connaissait juste pour avoir échangés quelques mots par ci par là, quand il venait discuter avec sa soeur. Il savait qu'il aimait par dessus tout faire du chantage à Yumi et lui causer des ennuis par n'importe quel moyen, alors il lui avait demandé de leur ouvrir la porte. Comme il ne le connaissait pas vraiment, il lui avait juste donné sa demande, et la discussion n'était pas allé plus loin, alors il était venu en ne sachant pas vraiment s'il avait accepté ou non. Et pour en rajouté, la chambre du marmot n'était pas visible depuis la rue, de sorte qu'il ne pouvait pas savoir s'il était encore réveillé ou pas en regardant si la lumière était allumé. Il ne lui resté plus qu'à espéré et attendre Ulrich en envisageant la possibilité que comme il était petit, il ait oublié et soit allé se coucher.

A cause de cette soudaine inquiétude, William vérifia une dernière fois si Ulrich n'arrivait pas avant de se décider à pousser le loquet du portail qui menait vers la maison, et traversa la cour en cherchant des yeux un éventuel endroit où les parents Ishiyama aurait pu cacher un double des clefs. C'était une pratique que beaucoup de gens employés, surtout quand ils avaient des enfants et quand ils s'absentaient. Mais il n'y avait que des pavés et des plantes, ainsi que quelques pots qui jonchaient le sol mais William n'osa pas y toucher à cause de leur saleté et de toute la terre qui les enrobait, sans doute accompagnés de quelques verres de terre. Il passa alors les marches du palliers et s'arrêta pour regarder au dessus de la lampe de porche et sur les rebords des fenêtres. Bien sûr les clefs n'y était pas, il ne s'attendait pas à ce que ce soit si facile.

C'est seulement après avoir finit de cherché que William se rendit compte que la lumière du pallier ne fonctionnait plus. Heureusement pour lui parce que si tel avait était le cas, n'importe qui regardant par sa fenêtre aurait pu le voir en train de rôder près de la maison. Prit d'un doute, et préférant être prudent, William descendit les quelques marches pour se situer hors de parté du champ de vision de la lumière automatique, et vérifia sa montre. Il avait demandé à Hiroki de revenir ouvrir la porte vers les minuit et demie, au cas où il aurait un léger contre-temps - ce qui était le cas d'ailleurs, Ulrich ne se montrait toujours pas. Alors William surveilla simplement la rue de là où il était pour attendre le brunet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich Stern

avatar


MessageSujet: Re: Portail   Mar 29 Mai - 10:38

Même sans compter ce qui s'était produit dans le collège, Ulrich n'avait eut que des problèmes pour se rendre à la maison de Yumi. Pas des gros ennuis, mais des qui l'avaient ralentis à commencer par l'obscurité totale dans les égouts. Il avait parfaitement l'habitude de s'y promener à cause de Lyokô et plus précisément de Xana qui les forçait tous à se rendre à l'usine de temps en temps, mais il avait gardé en mémoire un moment de solitude profonde alors qu'il était tombé dans l'eau des égouts. Absolument dégoutante, glaciale. Il avait même souvenir des cadavres de rats noyés qu'on pouvait sentir du pieds au fond de l'eau. Par prudence, il avait alors marché le long du chemin au lieu de faire comme d'ordinaire, c'est-à-dire, glisser, et évita ce cette manière de chuter par inadvertance. Ce n'était vraiment pas le moment de rentrer au collège tout trempé, il aurait sans aucun doute attrapé froid et se serait fait fusiller de questions auxquelles il n'aurait pas pu répondre.

Ensuite, il avait simplement connu ce que toute personne est susceptible de connaître en se baladant dans les rues du centre-ville la nuit. Il n'y avait pas beaucoup de monde pour le déranger, le pousser ou même lui demander ce qu'un garçon aussi jeune faisait dehors à une heure aussi tardive, en revanche il avait été servie au niveau des zoneurs. Il n'y avait que ça partout, quelque soit l'endroit même les plus improbables devant lesquels il devait passer. Il avait même croisé une bande de motards qui attendait leurs copines en bas d'un immeuble. Autre chose embarrassante, même si pas foncièrement dérangeante, il avait failli marcher sur un sans abri. Il était emmitouflé dans une couverture sombre derrière des poteaux et il était impossible à détecter à l’avance. On ne voyait même pas sa tête dans tout son désordre. Par politesse, Ulrich n'avait pas fait d'écart, même s'il aurait voulu pour vexer le clochard qui était énervant à se cacher de la sorte du regard des gens tout en se mettant limite dans le passage. Mais il se dit que c'était malheureusement le point négatif qu'on se devait d'accepter quand on se trouvait dans une grande ville. Lui vivait à la campagne et n'était pas embêté quand il retournait chez ses parents, mais ce n'était pas le cas de Yumi.

Pour lui qui était superstitieux sur les bords, ces petits détails qui s'accumulaient commençaient à lui faire présager un danger. Vu ce qu'il s'apprêtait à faire, un bourde ne serait pas difficile à commettre. Il avait d'ailleurs mal préparé son coup si ce n'était d'ailleurs pas du tout. Il avait un plan, mais alors que la théorie était très simple, la pratique ne l'était pas forcément. Dit comme ça, ça avait l'air parfait, mais qui sait. Alors qu'il approchait de sa destination, il se demanda s'il était possible qu'Hiroki leur ait menti. Lui qui aimait tellement faire des histoires, au point de cacher le journal intime de sa sœur, ce qui était stupide mais très gênant pour cette dernière, avait très bien pu leur dire qu'il leur ouvrirait la porte pour ne pas le faire ou dévoiler leur plan à Yumi. Peut-être qu'en fait, c'était elle qui les attendait pour les piéger. Leurs parents pourraient être à la maison, et alors ils finiraient leur nuit au commissariat de police. Un frisson parcourut le dos d'Ulrich alors qu'il pensa qu'une bête farce pourrait très bien mal finir si Hiroki, qu'il se rendait compte était la clé de tout, voulait s'amuser. Quoi qu'il en soit, rien ne servait de se mettre à paniquer, il serait sûrement rassuré une fois dans la maison.

Ulrich se détendit lorsqu'enfin, avec trois quart d'heure de retard, il aperçu la maison des Ishiyama au bout de la rue. Il n'avait même pas remarqué qu'il était tendu. Il ne commettait pas un crime, alors il n'avait aucune raison de s'inquiéter. Si seulement il n'avait pas tellement été retenu, il aurait moins flippé. Une fois arrivé devant le portail, Ulrich l'ouvrit d'abord avant de se demander une fois l'avoir passé si c'était normal que ça soit resté grand ouvert. La famille ne semblait pas très prudente d'ailleurs elle n'avait aucun chien pour garder la maison, et apparemment pas d'alarme non plus. A moins que part ouvrir la porte, Hiroki voulait dire débrancher l'alarme. Avec cette question non résolue en tête, Ulrich craint en arrivant près de la porte que le garçon ne les ait oublié. A son âge s'était normal, et lui et William ne pouvait pas forcer la porte, puisque pas au courant de se qui pourrait se produire alors. En parlant de son complice, Ulrich sauta hors de sa peau lorsqu'il distingua les yeux de ce dernier briller alors qu'il montait les marches du paillasson. La lumière du porche n'était pas allumé, visiblement tout le monde dormait à l'intérieur, et dans le noir, il n'avait pas pu voir William puisque celui-ci, portant bien son surnom de ténébreux comme d'habitude, était habillé tout de couleurs sombres et n'avait sur son visage rien de lumineux excepté ses yeux. Ulrich se remit de sa frayeur qui était en grande partie du au fait que ça faisait un moment qu'il n'avait pas été dans la lumière mais dans le noir total et que sa parano commençait à se faire sentir.

Il s'approcha assez fort de lui pour pouvoir le saluer en chuchotant, puis tourna les yeux vers sa montre. Sans parler de lui, Hiroki avait du retard, et puisqu'il était dans sa maison, Ulrich se demanda ce qui pouvait bien l'empêcher d'être à l'heure. Il allait se retourner pour observer le jardin de la maison quand un cliquetis se fit entendre et que la porte s'ouvrit sur le cadet des Ishiyama. Ce dernier leva la tête vers eux et eut l'air soulagé. En y repensant c'est vrai que n'importe qui aurait pu se trouver derrière la porte qu'il venait naïvement d'ouvrir. Il les salua brièvement avant de leur dire, sans perdre de temps, où se trouvait la chambre de Yumi et en les mettant en garde contre les escaliers qui grinçait. Il s’écarta ensuite pour leur laisser la place d'entrer et Ulrich en profita pour pénétrer dans la lumière et se diriger vers les marches alors que derrière lui, Hiroki commençait une conversation basse à sens unique en le suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William

avatar


MessageSujet: Re: Portail   Mar 29 Mai - 11:28

A sa propre surprise, William n'eu même pas envie de rire à la situation pourtant très comique d'Ulrich qui venait de sursauter après l'avoir aperçu alors qu'il était devant son nez depuis plusieurs mètres. Peut-être que c'était dû au stresse, maintenant qu'Ulrich était arrivé ils ne pouvaient plus faire marche arrière sans passer pour des imbéciles. Ce dernier s'avança d'ailleurs trop près de lui pour que ce soit confortable, avant de le saluer d'un chuchotement. Cette petite distance permettait à William de distinguer sur son visage toutes les angoisses qu'il s'était attendue à ce qu'il ait. Ses pommettes plissés donnait à ses yeux la touche perçante qui lui rappelait vaguement l'expression qu'avait chaque individu avant de commettre un meurtre. William n'eu cependant aucunes chances de répondre avant qu'enfin Hiroki ouvre la porte. Il avait été plus long qu'il ne l'avait espéré, alors William se demanda quelques secondes s'il n'avait pas hésité à leur ouvrir. Un fait qui serait plutôt surprenant de sa part : pourquoi rater une occasion d'emmerder sa soeur.

Ulrich se glissa dans le faible espace entre William et la porte et ne perdit pas de temps pour suivre Hiroki. A cause de l'obscurité, William ne les distinguait déjà plus quand il entra à son tour. Délaissé de cette manière par les deux autres, il prit alors le temps de fermer la porte d'entrée avec soin avant de regarder autour de lui. Bien que les Ishiyama était d'origine Japonaise, il ne c'était pas attendu à un intérieur tellement orientale. Absolument tout lui faisait penser à ces maisons passe-partout qu'il voyait dans ses dramas asiatiques : des couleurs jusqu'au mobiliers. Quand il s'avança d'avantage, il pu constater que seul la cuisine avait un semblant d'air Européen. Alors ce qu'ils faisaient à la manière occidental était la façon de s'assoir pour manger. Et d'après les baguettes et les ustensiles pour cuisiner le poisson, c'était la seule chose qui était épargné, peut-être pour ne pas se fatiguer les genoux. A ce stade d'exploration, William s'avança d'avantage dans la cuisine jusqu'à arriver au réfrigérateur, qu'il ouvrit doucement pour ne pas faire trop bruit. Immédiatement une lumière vive éclaira la pièce, et William se pencha pour vérifier le contenu : comme il le pensait, il n'y avait que de la nourriture Japonaise. Des nouilles, des vingtaines de sauces différentes qu'il pouvait deviner immangeable pour une bouche Française comme il en avait âcrement fait l'expérience avec le miso, et surtout des tas de choses différentes qu'il ne reconnaissait même pas, mais devinait être des algues en tout genre. Dégoûté, William se redressa et ferma la porte en se bénissant que Yumi ne soit pas Chinoise : il aurait eu du mal à cacher son horreur en voyant une carcasse de chien dans le réfrigérateur.

Malgré tout il s'accorda un moment d'immobilité. Il ne pouvait décemment pas entrer dans une maison inconnue en pleine nuit sans rien prendre en souvenir, ce serait un gâchis. Mais il devait prendre quelque chose dont les parents de Yumi ne remarquerait pas l'absence, du moins pas tout de suite. Comme pour répondre à sa question mentale, les yeux de William se posèrent sur les vignettes collés au réfrigérateur. Il en était d'ailleurs recouvert au point qu'on n'en voyait même plus la couleur en dessous, et ça rappela à William sa propre mère, qui elle aussi était dingue de ces bêtises. Et si la mère de Yumi était comme la sienne, alors prendre une de ses choses allait beaucoup l'embêter. William ne se priva alors plus et attrapa une des vignettes sans faire attention à ce qu'elle représentait. « Mais qu'est-ce qu'elles ont toutes à aimer ces mochetés dès qu'elle passe la quarantaine..? »

Un grincement isolé rappela à William le but de sa sortie, alors il se dirigea vers les escaliers pour voir les deux gamins les monter avec précautions. C'était une chose que William n'avait jamais supporter : les escaliers qui grincent. Ça lui donnait envie de les monter en courant, juste pour provoquer un ramdam incroyable et réveiller dans le bruit les occupants de la maison. Cela dit il retenu son agacement et monta les marches en essayant de ne pas appuyer trop lourdement sur les parties qui en semblait le plus usés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Portail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Portail
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Lyoko Rebirth :: France :: Résidences :: Ishiyama-
Sauter vers: